STAGE PHOTO SUB HURGADA 3e jour


Ce diaporama nécessite JavaScript.

3e jour, spots de plongée :
– Police station (plongée dérivante, profondeur 30m, grandes gorgones)
– Les cinq patates
 
 
LA BALANCE DES BLANCS
La balance des blancs permet d’équilibrer les couleurs des différentes sources de lumière (flash, naturelle…)
Chaque lumière à une température différente de couleur qui est mesure en degrés Kelvin (K). les degrés Kelvin mesurent la température et leur dominante colorée selon qu’ils sont plus froids ou plus chauds. Ils fonctionnent à l’envers : plus la température est froide, plus la couleur est chaude (orange/rouge), et plus elle est élevée, plus la couleur est froide (le bleu). La lumière du jour est d’environ 4000/5000 K.
RVB : Rouge, Vert, Bleu. C’est la façon dont un appareil photo enregistre la couleur. Si un capteur enregistre trop de bleu, l’image aura une dominante bleutée (ce qui est souvent le cas pour nos images sub).
Soit nous réglons notre appareil avec les présélections telles que : WB auto, lumières du jour, ou nuageux, sous-marin, Tungstène (préférer « nuageux » pour vivifier les couleurs). Si nous avons la possibilité nous personnaliserons manuellement cette température de couleur (dans le menu de l’appareil-photo) sur une partie du corps (mains) ou sur une plaque blanche immergeable, dans le milieu ambiant.
 
  • Pour la faune fixe : Il faut travailler avec le diaphragme, la vitesse joue moins.
 
Cadrage et composition :
Cadrage horizontal =  calme, serein
Cadrage vertical = plus forte
Cadrage diagonal = mouvement, vie, éloignement
Cadrage rapproché = photo « proxi », photo « macro »,  plus intimiste.
Cadrage convergent = pour donner de la profondeur (des lignes qui laissent penser qu’elles se rejoignent en un point dans le lointain donnent une idée des distances et de l’échelle dans la composition
Ne pas centrer le sujet, mais composer votre image. Exploiter votre sujet au maximum, sous tous les angles. Rendre l’image dynamique en pensant au sens de lecture qui est en Z (les éléments de votre image doivent composer un Z)
La règle des tiers : imaginez 2 lignes horizontales et 2 lignes verticales,placées à égale distance. Un des 4 points d’intersection devient idéal pour placer votre sujet.
Le nombre d’or : imaginez une spirale qui en se déroulant indique le point optimal où situer votre sujet.
L’importance du 1ier plan : en incluant une zone au plus près de l’appareil, dans votre image, vous donnez de la profondeur. Le grand-angle est plus adapté à cette technique car il introduit une plus grande zone dans le cadre. Cela aide aussi le le spectateur à se sentir proche de vous.
La perspective : pour ajouter de la profondeur à  une photo en 2 dimensions. Changez de hauteur pour créer une perspective plus aérienne ou abaissez-vous pour travailler en contre-plongée. Cherchez un angle original.
Le cadre : cherchez des éléments pouvant encadrer votre image, comme des silhouettes de gorgones… Vous lui donnerez plus de profondeur, an aidant à attirer l’attention sur ce qui est important.
Les couleurs : attirez l’attention grâce aux couleurs ou  à la lumière, pour souligner une partie de l’image. Placez des sujets aux couleurs vives sur un décor plus sombre ou terne pour créer une photo qui capturera le regard.
 
Mettre  le sujet en relief avec des lumières différentes. Colorer les flashes (filtres) et si 2 flashes ne pas les régler de même puissance.
Le sens de lecture d’une image se fait de gauche à droite et de haut en bas.
 
  • Pour la faune mobile : privilégier la vitesse avec des choix différents : grand-angle, puis macro. Augmenter la valeur Iso pour un peu compenser le manque de lumière entrant dans le capteur à cause de la rapidité de la vitesse. Il faut  ouvrir davantage l’obturateur. Il faut « figer » l’animal pour retenir le détail. bloquer, arrêter le mouvement. On peut suivre d’un mouvement fluide le sujet avec l’appareil photo et déclencher lorsqu’on arrive au bon cadrage de l’animal. Il est nécessaire de bien connaitre la faune pour anticiper leur approche, savoir jusqu’à quelle distance l’on peut s’en approcher (utiliser le grand-angle ou la macro) : par exemple les herbivores sont très farouches et peu curieux, ils fuient. Il faut alors les poursuivre longtemps. Penser à dégager assez d’espace devant le cadre  (son museau) dans la composition de l’image,  pour qu’il puisse se mouvoir. Les carnivores comme les mérous ne partent pas à la vue des plongeurs au contraire sont très curieux. Tout d’abord de loin, commencer à le photographier avec le flash, puis avancer très lentement sans s’ arrêter de lui envoyer des « coups de flash », pour avoir au final un beau portrait. Les portraits de poisson se prennent de face ou  3/4 avant. Rechercher une expression soit des yeux ou de la bouche, une attitude… Attention aux écailles réfléchissantes (sars) ou au contraire aux couleurs absorbantes de la « robe » du mérou (bien gérer le flash déporté). Intégrer ou isoler le sujet dans l’arrière-plan : arrière-plan bleu ou noir.  On peu choisir aussi un obturateur lent parce que les conditions ne nous laissent pas le choix (mais pas en dessous de 1/30) pour flouter le sujet. Le résultat peut-être artistique et peut donner une idée de mouvement, de vie, mais cela ne donne pas forcément l’effet recherché.
 
 
mesure du blanc

mesure du blanc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Flickr Photos

%d blogueurs aiment cette page :