LE CHAOUEN


Les trois bateaux sont de sortie ce samedi de juin. Le temps est mitigé, allons voir de plus près d’où vient le vent. Juste derrière l’île Maïre, la houle nous surprend. Le vent vient du sud-est. La mer est déjà bien formée. Nous stoppons et décidons de pointer vers l’ouest : le Planier. Les vagues sont maintenant parallèles à notre cap de navigation. Pour la énième fois, nous ancrons à l’épave du Chaouen. Mais à chaque fois, c’est différent. Qu’allons nous voir cette fois-ci ? Je fais équipe avec Bruno. D’entrée, bien caché sous le début de l’épave nous apercevons un homard : blanc et bleu marine. Jean, nous fais signe : voilà un deuxième homard identique, un peu plus loin. Nous allons à la base du bateau à la recherche d’une étrange créature qui se cacherait là et que jamais personne n’aurait aperçu ! C’est toujours comme ça en plongée, on se fait des films, des histoires dans la tête. L’eau est chaude, tout va bien, cool… Au travers d’une fenêtre, tiens-tiens ksqc ? Un long corps horizontal blanc et gris, large d’au moins 25 cm et long de 1m environ . Et encore ce n’est que la queue, qui s’arrête net au carré. On n’arrive pas à voir le reste. Nous faisons le tour et remontons sur le pont, un énorme chapon est posé sur le fond. Près des éboulis à 12 mètres nous apercevons deux énormes poulpes qui se tiennent par la patte. Bruno les chatouille un peu. Ils se rétractent et se font tout haut sur leurs tentacules, ils ont les deux yeux dressés au sommet de leur tête. Ils ont une drôle d’expression, Bruno rigole, je le vois derrière son masque, à cause des yeux !!! Nous rencontrons Thierry et Fred. Tiens un clic : « allume ta torche, tu m’as toujours dit qu’il fallait éclairer le phare lorsqu’on prend une photo d’ambiance », il me semble de l’entendre !!! Voilà Thierry, c’est fait. 
Nous terminons la plongée le long de l’île à cinq mètres, je m’amuse et aprécie l’apesanteur. Je passe sous des arches, voilà de tous petits nudibranches bleus fluo et des dalmatiennes. Je ne sortirai plus… Aller le bateau est juste au-dessus de notre tête. Nous sommes les derniers : 64 ‘ ça rouspète à bord !
Alors c’était quoi cette grosse bête dont on ne voit pas le début ? Je te le donne en mille : un énorme congre.
Bon à la prochaine. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Flickr Photos

%d blogueurs aiment cette page :